LES 4 JOURS CIC DE PLOUAY 2021

Les actualités > ELISABETH DEIGNAN NOUS PARLE DE PLOUAY

Seule triple lauréate à Plouay (femmes et hommes confondus), la Britannique Lizzie Deignan est de retour en Bretagne pour disputer le Grand Prix Lorient Agglomération - Trophée Ceratizit. La Championne a répondu à quelques petites questions...
 
 
Triple gagnante à Plouay, c'est incroyable ! Notre course semble beaucoup te plaire ?
 
J'aime courir à Plouay, le circuit, même si celui-ci a changé plusieurs fois, convient à mes caractéristiques en tant que cycliste avec des routes lentes et ne faisant pas de cadeau. Ca me rappelle beaucoup les routes de chez moi dans le Yorkshire. Et, quand j'étais plus jeune, je passais toutes mes vacances d'été en camping avec ma famille en Bretagne. Alors je me sens vraiment comme à la maison ici. Et puis mes parents viennent généralement voir la course, ça la rend très spéciale pour moi. Les supporters locaux et étrangers sont aussi exceptionnels sur cette course de Plouay. Je me souviens l'avoir courue pour la première fois en 2009, je n'aurais alors jamais imaginé pouvoir la remporter trois fois. 
 
Tu as déjà couru dix fois à Plouay. Quel a été ton circuit préféré ?
 
Le circuit a changé mais l'arrivée reste la même. Ca donne toujours un sprint difficile pour être juste bien dans le timing et la tactique. D'ailleurs, je n'ai jamais rien réussi à Plouay dans une arrivée en sprint groupé. Mais, heureusement, le parcours est suffisamment exigeant pour réussir à s'échapper. J'aime voir le circuit changer, ça rend la course plus imprévisible.
 
Faut-il une course plus longue ou moins longue ? C'est quoi le mieux ?
 
L'an passé, la course était plus courte mais ça n'a pas été un aspect négatif. J'étais déjà contente que l'organisation ait pu organiser son épreuve dès la reprise après la coupure due à la pandémie. Ca démontrait beaucoup d'implication et de travail difficile de la part des organisateurs. Dans une course comme Plouay, rallonger la distance peut faire une différence pour la gagnante d'autant plus que la course est de toute façon déjà épuisante. Je me sert généralement de cette course comme une préparation finale pour les championnats du monde, mais cette année c'est différent car, comme pour quelques autres concurrentes, ce sera ma première course après les Jeux Olympiques. Pour cette raison, ce sera une dynamique intéressante. La course est très importante pour toutes les concurrentes pour savoir comment est leur condition physique et ainsi comprendre sur ce à quoi elles doivent se concentrer à l'entraînement en vue du championnat du monde.
 
Pour Plouay, tu préfères une course en circuit ou en ligne ?
 
Définitivement une course en circuit. J'aime ressentir le rythme du parcours et planifier le meilleur moment pour attaquer. C'est aussi un avantage de passer plus d'une fois sur la ligne d'arrivée, surtout quand on n'est pas la plus rapide, ce genre d'arrivée permet de gagner quand on est la plus intelligente. Je la prends comme une course de championnats, et plus l'occasion de gagner tactiquement est grande, mieux c'est pour moi.

Partenaires